Sadaqa jariya

L'argent des mosquées et les résponsables religieux

Donner de la charité en islam implique la résponsabilité du donnateur au donataire, il ne s'agit pas de sortir l'argent de vos poches et vous en débarasser comme d'un fardeau. Nous n'allons pas revenir sur ce qu'est la sadaka, nous savons ce qu'est les aumônes perennes, geste classique qui consite d'aider les autres, ou les siens. Mais pour ce qui nous interesse, concernant la sadaqa et les mosquées, c'est une affaire plus complexe que ce qu'il n'y parrait. Il faut savoir qu'en réalité, certaines mosquées n'ont même pas besoins de votre obôle ou de small contribution, pour subsister et faire face aux charges. Détournement - d'ou vient de l'argent des religieux ?

Nafaka donation est une sadakat et l'argent de la charité

Il y a la nafaka jariya dans la vie: c'est l'entretient de la famille et des plus proches, un devoir, c'est le plus long et la plus penible car cela dure toute la vie. Dépenses pour tes enfants femme ou mari, les parents et tes proches sont considérées, comme nafaka et qui entre dans le décompte. Pour faire une image c'est comme si Dieu accorde des taux d'interet pour la nafaka. Une sorte de placement sur livret que l'on retrouve une fois dasn la maison de la rétribution. Bref, un placement bancaire en bonnes actions chez Dieu et c'est le plus fondamental et le plus important à condition de le faire pour les plus proches. WAQF.

La charité ne consiste pas à mettre sa main dans sa poche pour en tirer quelques pièces ou un billet et le tendre à quelqu'un ou le glisser dans un tronc, comme se débarasser d'un fardeau. Faire une sadaka est à prendre au sérieux, en plus du geste, cela engage la résponsabilité personnelles du donateur. Que ce soit en nourrissant les pauvres ou en aidant les indigents que vous conaissez personnelement. Il s'agit d'aider les vrais necessiteux, et ce n'est pas seulement une question d'argent, comme dit le proverbe "La charité est injurieuse à moins qu'elle n'aide le donataire à s'en affranchir." Donnez l'aumônes aux imams n'est pas de la charité, c'est plutot encourager le vice par ce que la fausse indigence est leur métier. N'oublier pas que ce sont des mendiants professionnels, jamais ils ne s'en affranchiront du joug des troncs et sebiles tendues !

Bordeaux 28/07/2012