Indépendance financière des imams

Formation et financement des religieux en islam

Le directeur de l’Institut, Abdeslam Lazaar, se félicite de la conclusion à laquelle sont parvenus ses élèves maliens. Il confie : « C’est bien beau de leur parler d’islam tolérant, encore faut-il leur communiquer un savoir qui les protégera de tout embrigadement jihadiste. » Contrairement aux imams marocains, rétribués par l’État, ceux des pays subsahariens exercent souvent à titre bénévole ou vivent de financements informels, source de tous les dangers. À l’Institut de Rabat, on a donc pensé à leur proposer des formations diplômantes pour devenir électriciens, informaticiens, agriculteurs ou couturiers. Chaque étudiant choisit de se former à un métier qui lui permettra de gagner sa vie.

Former des imams éclairés, vigilants et indépendants financièrement pour contrer les assauts des salafistes, tel est l’objectif de l’Institut Mohammed-VI. En septembre prochain, cet établissement accueillera un nouveau groupe de Tchadiens et des morchidate venues de France. Des demandes commencent à affluer du Royaume-Uni, du Canada, d’Italie, de Suède et même d’Inde !

Pour y répondre, il est prévu d’agrandir l’Institut, dont la construction a coûté la bagatelle de 22 millions de dirhams (environ 2 millions d’euros). Une chose est sûre : cette école des imams est en train de raviver l’expérience des anciennes universités musulmanes, vers lesquelles convergeaient jadis tous les fidèles en quête de savoir et de sagesse.

http://www.jeuneafrique.com/mag/235818/societe/maroc-institut-mohammed-vi-international-imam-academy/