Etat d'urgence Paris

Attaque terroriste à Paris

Alors que des explosions ont eu lieu à l'extérieur du Stade de France, des attaques ont été menées dans cinq lieux à Paris. Une prise d'otage s'est déroulée une salle de spectacles, où une centaine de personnes ont été tuées.

Au moins 42 personnes sont décédées ce vendredi soir dans des attaques multiples au Stade de France et à Paris, dans plusieurs arrondissements. François Hollande a déclaré l'état d'urgence et annoncé la fermeture des frontières.

Six lieux ont été touchés: les abord du stade de France, la salle de spectacle Le Bataclan (XIe), un restaurant rue Bichat (Xe), la rue de Charonne (XIe), l'avenue de la République (XIe), le boulevard Beaumarchais (III, IV, et XIe)

"C'est une horreur", a déclaré le président de la République. "Ce que les terroristes veulent, c'est nous faire peur, nous saisir d'effroi. Mais, il y a face à l'effroi une Nation qui sait se défendre, qui sait mobiliser ses forces, et qui une fois encore saura vaincre les terroristes", a poursuivi le chef de l'Etat lors d'une courte allocution depuis l'Elysée.

Lexpresse.

Massacre à Paris titre les journaux - décrét de l'état d'urgence

L¹ESSENTIEL EN DIRECT - C'est la pire attaque terroriste jamais commise sur le sol français. Au moins 120 morts sont à déplorer dans une série d'attaques simultanées qui ont frappé Paris vendredi soir. Ce bilan provisoire fait état de plus de 200 blessés dont 80 grièvement. 

Ces attaques ont été menées sur six points différents de la capitale, notamment par un kamikaze au Stade de France, ainsi que sur cinq points de quartiers très fréquentés du centre de la capitale : au coin de la rue Bichat et de la rue Alibert, rue de la Fontaine au roi, boulevard Voltaire et rue de Charonne. 

On dénombrerait une centaine de morts à l'issue d'une prise d'otages survenue dans la salle de spectacle du Bataclan, dans le 11e arrondissement de Paris. Quatre terroristes présumés sont morts lors de l'assaut mené par la police. Trois d'entre eux se sont fait sauter en actionnant leurs ceintures d'explosifs.

Europe1.





03h30. Selon un dernier bilan communiqué au Figaro, 126 personnes sont mortes dans les attaques. "83 blessés en urgence absolue ont été décomptés, ainsi que 132 blessés en urgence relative."

03h25. L'assaut policier "a été extrêmement difficile: les terroristes s'étaient enfermés à l'étage, ont explosé et avaient des ceintures d'explosifs", a affirmé à la presse le préfet de police Michel Cadot. "Trois d'entre eux se sont fait sauter avec leurs ceintures d'explosifs et un quatrième, lui aussi porteur d'une ceinture, a été touché par la police avant exploser en tombant", a précisé une source proche de l'enquête.

03h20. Les quatre assaillants du Bataclan morts, dont trois en actionnant leurs ceintures d'explosifs, indique le préfet de police.

"C'est la faute de Hollande, il n'a pas à intervenir en Syrie!", ont lancé des assaillants vendredi soir dans la salle de concert du Bataclan à Paris. 

03h00. "L'enquête va s'attacher à déterminer ce qu'il s'est passé sur six sites: au Stade de France, boulevard de Charonne avec 18 morts, boulevard Voltaire avec 1 décès, rue Alibert avec 14 décès et rue de la Fontaine au Roi avec 5 morts", a détaillé François Molins.
Avec la prise d'otages dans la salle de spectacle du Bataclan, qui s'est terminée par un assaut de la police, le bilan est "extrêmement lourd".
Selon le procureur, "cinq terroristes ont été neutralisés". Il s'agit de trois assaillants du Bataclan et de deux autour du Stade de France.  

02h57. Le bilan des attentats qui ont frappé Paris vendredi soir "pourrait atteindre voire dépasser les 120 morts", et "cinq terroristes ont été neutralisés" à ce stade, a annoncé le procureur de la République de Paris, François Molins lors d'une conférence de presse. 

02h54. "Des assaillants sont peut-être toujours en fuite", a indiqué François Molins, le procureur de la République de Paris, rapporte France Info. 

01h53. Selon un dernier bilan il y a au moins 120 morts, dont au moins 70 dans la seule salle de concert du Bataclan.

01h50. 1.500 militaires supplémentaires ont été mobilisés.

01h43. Le Conseil français du culte musulman (CFCM), l'instance représentative de l'islam en France, a condamné "avec la plus grande vigueur" les "attaques odieuses et abjectes".

01h28. François Hollande était en route pour la salle de spectacle du Bataclan, où une centaine de morts étaient à déplorer à l'issue de la prise d'otages; Le président était accompagné du Premier ministre Manuel Valls, du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et de la ministre de la Justice Christiane Taubira, a-t-on ajouté.

01h14. Une centaine de morts étaient à déplorer à l'issue de la prise d'otage qui s'est déroulée dans la salle du spectacle du Bataclan à Paris, a-t-on appris de sources policières.
Trois terroristes présumés ont été tués lors de l'assaut mené par la police, selon ces sources. Une source proche de l'enquête a relevé que l'assaut venant de se terminer, il était pour l'heure impossible d'établir un bilan précis.

01h10. Le juge anti-terroriste Marc Trevidic avait prévenu d'une attaque de 

SUDOUEST

DAECH: Beyrouth endeuillée par un double attentat suicide

france tv info

Le Liban est en deuil. Deux attentats suicides commis simultanément, le jeudi 12 novembre, à Beyrouth ont fait au moins 41 morts et plus de 200 blessés, rapportent plusieurs médias. Ils ont été revendiqués par Daech.

Les attaques ont lieu en fin d’après-midi, dans un fief du Hezbollah dans la banlieue sud de la capitale libanaise. Selon la police, deux hommes à pied ont fait détoner leurs ceintures explosives devant un centre commercial de la rue al-Hussiniyé, du quartier de Bourj al-Barajné. L’armée a affirmé avoir trouvé « mort » un troisième « terroriste » qui n’a pas pu faire exploser sa ceinture.

Daech revendique
Dans un communiqué publié sur Internet, Daech affirme avoir » réussi à faire exploser une motocyclette piégée garée contre un rassemblement de ‘rafida’ – un terme péjoratif désignant les chiites- à Bourj al-Barajné (…) Après que des apostats sont accourus sur les lieux de l’attentat, un de nos combattants a fait détoner sa ceinture explosive au milieu du groupe « , rapporte l’Express sur son site Internet.